↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Muse


Rock (Evo rock)

Membres :
Matthew Bellamy (Chant, Guitare, Clavier)
Chris Wolstenholme (Basse)
Dominic Howard (Batterie)

Sites :
Muse-official.com
Microcuts
Muse messenger

Muse est un groupe de rock alternatif anglais fondé en 1994 à Teignmouth (Devon). Initialement baptisé Rocket Baby Dolls, le nom fut rapidement changé en Muse en hommage aux neuf déesses des arts de la Grèce antique. Au début, le style de Muse était fortement influencé par la scène grunge et le côté anti-conformiste de Radiohead, mais la musique du groupe a trouvé progressivement sa propre personnalité dès son deuxième album, avec des notes plus électro et pop, tout en gardant le chant lyrique très particulier de Bellamy et un gout prononcé pour les riffs ravageurs. Dès Absolution, le groupe rencontre un franc succès public partout en Europe, et notamment en France.

Juill. 2019
5

Muse


Stade de France (Saint Denis)


Juill. 2019
6

Muse


Stade de France (Saint Denis)


Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également