↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

The Mars Volta


Rock (Rock progressif barré)

Membres :
Cedric Bixler Zavala (Chant)
Omar Rodriguez-Lopez (Guitare)
Marcel Rodriguez-Lopez (Clavier)
Juan Alderete (Basse)
Deantoni Parks

Sites :
TheMarsVolta.com
NeoHorizon
The Mars Volta est un groupe de rock progressif américain créé en 2001 à El Paso (Texas) et dissout en 2013, par Cedric Bixler Zavala et Omar Rodriguez-Lopez sur les cendres d'At The Drive-In, les trois membres restant étant parti former Sparta de leur côté. L'effectif de la volta martienne a été très changeant autour de ses deux géniteurs, avec pas moins de douze membres successivement partis ou renvoyés (dont quatre batteurs). Le rock de The Mars Volta est un mélange allumé des influences post-hardcore d'ATDI couplées à toutes sortes de mouvances : progressif, krautrock, math rock, jazz et filiation latino. A signaler que TMV est très proche des Red Hot Chili Peppers : Flea a tenu la basse sur le remarqué De-loused In The Comatorium, et John Frusciante a régulièrement contribué à presque tous les enregistrements sudio du groupe.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également