↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Caravan Palace


Caravan Palace


(22/06/2009 - Wagram Music - Electro-jazz - Genre : Autres)
Produit par

1- Dragons / 2- Star Scat / 3- Ended With The Night / 4- Jolie Coquine / 5- Oooh / 6- Suzy / 7- Je m'amuse / 8- Violente Valse / 9- Brotherswing / 10- L'envol / 11- Sofa / 12- Bambous / 13- Lazy Place / 14- We Can Dance / 15- La Caravane
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Les Triplettes de Belleville version électro, c'est la sensation Caravan Palace."
Elise, le 17/09/2009
( mots)

Le tagline de vente affiché sur tous les exemplaires du premier album de Caravan Palace résume très bien le concept : "Le tango a eu son Gotan Project, le swing-jazz a son Caravan Palace". Formé par trois compositeurs électro, le combo s'attache donc à moderniser un genre un peu rétro (mais éternellement classe), avec comme objectif, tel Gotan Project en son temps, de séduire les amateurs, mais surtout ceux qui n'y connaissent rien. Parce que le jazz garde une sempiternelle image de musique pour intellectuel branché, et que si l'on connaît souvent Django Rheinardt, on a quand même toujours du mal à écrire son nom sans faire de faute.

A la première écoute, Caravan Palace donne l'impression de se farcir l'intégrale d'un spectacle des Triplettes de Belleville, les glaces à la grenouille en moins, le goût électronique en plus. La référence n'est pas faite au hasard, car sans le succès populaire du dessin-animé de Sylvain Chomet, le scat n'aurait pas sa scène cinématographique de référence (c'est peut être un grand mot, d'autres exemples ?). Ceux qui ne connaissent rien au jazz font alors immédiatement le lien à l'écoute de "Jolie Coquine", premier extrait de l'album qui doit pas mal tourner dans les soirées branchées. L'improvisation à base d'onomatopées de la chanteuse Zoé Colotis est à la fois impressionnante et très réjouissante, de quoi séduire les plus réticents.

Malgré tout, Caravan Palace n'est pas le genre d'album que l'on écoute concentré, attentif uniquement à la musique, emporté par la mélodie et le rythme. Ce swing-jazz électro est de ces galettes idéales pour les soirées entre amis, offrant une ambiance festive et décontractée, tout en prouvant un goût et une réactivité musicale très appréciables. En d'autres termes, pour épater la galerie, c'est pas mal. Enfin, c'était pas mal jusqu'à fin juin, quand la vague du succès a poussé Wagram a sortir une nouvelle édition plus médiatisée, qui a rendu tout celà bien trop populaire pour pouvoir encore se la jouer "découvreur de talent" dans son coin. 

Malgré tout, le disque a la grande qualité de varier les influences et les rythmiques, permettant de divertir sans lasser. Si les morceaux gais et enlevés comme l'instrumental d'ouverture "Dragons", le single "Jolie Coquine", le sympathique "Suzy", le complètement déglingué "Bambous" ou le plus électro "We can Dance" marquent à coup sûr dès la première écoute, on distingue aussi rapidement des morceaux plus touchants, où le violon prend le pas sur les bidouillages électroniques et le chant. On apprécie alors le très "sinatrien" "Endend With The Night", la douceur de  "L'envol", et le langoureusement virevoltant "Lazy Place". Mais la particularité de Caravan Palace reste son goût pour l'alchimie électronique, particulièrement visible, voire un peu trop marquée, sur "Oooh" et "Je M'amuse". La multitude des genre musicaux exploités va donc de la valse ("Violente Valse") au swing (Brotherswing"), de quoi offrir une soirée pleine de surprises avec un seul album.

La qualité du premier disque de Caravan Palace tient donc à sa solide base musicale, renforcée par des arrangements très précis. Les morceaux s'enchaînent et les styles défilent, certes, ce n'est pas une musique qui envahit l'espace, mais elle en relève agréablement l'ambiance.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également