↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Depeche Mode


Black Celebration (Collector Edition + DVD)


(02/04/2007 - Mute - Electro pop - new wave - Genre : Autres)
Produit par Depeche Mode, Gareth Jones, Daniel Miller

1- Black Celebration / 2- Fly on the Windscreen – Final / 3- A Question of Lust / 4- Sometimes / 5- It Doesn't Matter Two / 6- A Question of Time / 7- Stripped / 8- Here Is the House / 9- World Full of Nothing / 10- Dressed in Black / 11- New Dress
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (14 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une version collector remasterisée d'un album mythique de Depeche Mode."
Florent, le 30/05/2007
( mots)

Depeche Mode sort donc en ce début d’année quelques uns de ses meilleurs albums en version remasterisée et collector. Parmi ceux-là, très certainement leur meilleur album, le plus abouti et l’un des plus sombres, le bien nommé Black Celebration, sorti en 1986 . Soyons clair, nous avons ici un très bel objet, respectant la pochette originale et en double disque, avec l’album en version super audio, et un dvd avec quelques films, raretés et chansons live très intéressantes.

Bien entendu avec la remasterisation, la musique de Depeche Mode gagne en relief et en profondeur, un côté live se dégage et le tout prend quand même un peu plus d’allure. On retrouve bien évidemment les tubes mythiques de cette galette, comme l’éponyme "Black Celebration", sorte d’hymne cold wave entêtant et parfaitement construit, ou bien le single très efficace "A question of time", au beat imparable…

La marque de fabrique de nos compères est assez nette : électro synthétique, bruitages, consoles, cold wave et obscurité mis en avant. Et à l’époque comme aujourd’hui, ce Black Celebration fait mouche, en album quasi culte de l’histoire de la new wave. Gore et Gahan exposent leur indéniable talent vocal ainsi que de composition pour lepremier nommé. Tout au long de ces 11 titres, on alterne entre mélodies pop et ballades doucereuses ("A question of lust"), mysticisme et lourdeur ("Sometimes", "World full of nothing") et electro-rock bougrement entrainant et dansant (on pense notamment aux deux singles inévitables de l’album). Le travail effectué par Alan Wilder est assez remarquable, car c'est bel et bien lui qui expérimente, choisit et travaille la rythmique, les beats et le son assez novateur du groupe.

Voilà donc cet album en parfait témoignage new wave et en album précurseur de toute une scène électro et techno rock qui suivront dans la fin des années 80 et dans les années 90. Certaines pièces sont parfois assez sombres, voire glauques, mais c’est aussi ce qui donne un certain lien à la musique de Depeche Mode à l’époque. On ne pourra s’empêcher de penser à Bowie (comme sur "Dressed in black"), ou bien également à Kraftwerk ou à Joy Division…

En plus d’une réédition fort judicieuse, un dvd accompagne le tout et nous offre un film de près d’une heure sur la période de conception de l’album, entre autres : on y voit des images de festivals, d’enregistrement et de singles de l’époque. Et à vrai dire, revoir Gore et ses amis dans l’ambiance assez bizarre de l’époque, avec des choucroutes blondes sur la tête est vraiment amusant … Autour des concepts et des conceptions du groupe (et notamment du recueil de singles 81-85), les fans peuvent se délecter d’un film inédit et pour eux quasi-indispensable, mettant en parallèle des séquences d’époque avec les réactions actuelles et le recul sur la période concernée. Des raretés et trois titres joués en live composent également ce dvd qui apporte un vrai plus à cette édition véritablement collector pour le coup…

Voilà donc, un coup de ménage sur un album mythique d’un groupe mythique des années 80. Black Celebration restera un très bon album de new wave, et le fait de retrouver cette ambiance particulière tant en musique qu’en images fait vraiment plaisir. Alors comme dit Dave Gahan : "Let’s have a black clebration, tonight !"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Depeche Mode


Spirit


Critique d'album

Depeche Mode


Delta Machine


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également