↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Shoegazing : spleen et onirisme par delà le mur du son


"Dans le sillage de la reparution des pièces maîtresses de l'oeuvre de My Bloody Valentine, fraichement remasterisées, la rédaction d'albumrock amorce un retour sur le mouvement shoegaze, ses précurseurs, ses figures de proues, son influence sur le paysage contemporain. Alors qu'en ce début d'été pluvieux la météo semble s'échiner à épouser les trombes de guitares noisy qui sont l'apanage du genre, petit parcours discographique en forme de droit d'inventaire et d'état des lieux. Dossier réalisé par Kevin, Marc, Maxime, Nicolas & Pierre D Les rééditions de Loveless et Isn't Anything ainsi que la compilation EP's 1988-1991 disponibles depuis le 7 mai chez Sony Legacy."
Maxime, le 09/07/2012
Dans le sillage de la reparution des pièces maîtresses de l'oeuvre de My Bloody Valentine, fraichement remasterisées, la rédaction d'albumrock amorce un retour sur le mouvement shoegaze, ses précurseurs, ses figures de proues, son influence sur le paysage contemporain. Alors qu'en ce début d'été pluvieux la météo semble s'échiner à épouser les trombes de guitares noisy qui sont l'apanage du genre, petit parcours discographique en forme de droit d'inventaire et d'état des lieux. Dossier réalisé par Kevin, Marc, Maxime, Nicolas & Pierre D Les rééditions de Loveless et Isn't Anything ainsi que la compilation EP's 1988-1991 disponibles depuis le 7 mai chez Sony Legacy.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert