↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Ozzy Osbourne


Collectif, le 30/11/2016

Down To Earth


Down To Earth commence avec une mélodie transylvanienne qui s'enchaîne naturellement avec un riff de guitare d'une rare efficacité. Jouant sur les contre-temps, et les ambiances "Get Me Through" introduit de la plus belle des manières cette rondelle. Le solo de Wylde a juste ce qu'il faut de technique pour accrocher l'oreille, la vitesse fait le reste. Un vrai bon premier titre, il semblait donc impossible de commencer autrement ce papier sur le 8ème album du Prince Of Darkness (paru en Octobre 2001).


Down To Earth est le seul album du bouffeur de chauve souris avec Robert Trujillo le bassiste actuel de Metallica, qui à l'époque sortait de chez Suicidal Tendencies. Ozzy, il faut l'avouer a toujours su s'entourer de musiciens d'exception.


"You know", sorte d'intermède avec une guitare oversaturée d'effets de modulation, ravit par son format original ainsi que par sa mélodie. Jamais Ballade Ozzyenne n'aura été aussi efficace depuis Dee (instrumental de l'époque Randy Rhoads). "That I Never Had", heavy metal hyper-rythmé, se distingue par ses ponctuations à la limite de la dissonnance. Les petits solos intercalés entre deux refrains rappellent les phrasés de Kirk Hammett (était-ce un présage pour le futur bassiste de Metallica). Malgré son coté extrêmement pop, à la limite d'un titre des Beatles parfois, "Running Out Of Time" sait nous emporter avec lui. "No Place For The Angels" a tout ce qu'il faut à un titre de heavy, et le refrain "ballade" ajoute une note intéressante à ce morceau ! "Can You Hear Them", sorte de paranoïa nusicale "Can you hear them, the voices in my head" est une excellente suite de "Get Me Through". Et le changement à la fin de la 3ème minute qui rappelle l'arpège de "You Can't Kill Rock And Roll" montre que Zakk Wylde ne renie pas le travail de Randy Rhoads dans l'oeuvre de Ozzy. "Facing Hell" n'a pas un grand intérêt mais cette chanson est l'occasion d'entendre le rire effrayant du vieux lutin. "Dreamer" est la ballade ultime. Bien que troisième ballade de cet album, elle est tellement bien construite qu'on ne peut lui en vouloir. Les paroles assez prévisibles restent efficaces, "I'm just a dreamer, I dream my life awake, I'm just a dreamer, who dreams of better days". Et la mélodie en fait un beau morceau qui verra quelques covers acoustiques sur Youtube.


Ne soyons pas plus royalistes que le roi, cet album a aussi son lot de morceaux ordinaires, ceux pour qui la touche skip a été inventée. "Junkie" en fait partie, refrain minimaliste, mélodie quasi-inexistante et pauvreté des paroles. "Alive", malgré un travail sur la ligne de basse nous perd dans les méandres d'un morceau à la construction trop brouillon.


Cet album produit par Tim Palmer signe le retour d'Ozzy après 6 ans d'absence et nous réjouit d'une résurrection en grande pompe. Palmer, qui a participé à l'écriture de quelques uns de ces titres se retrouvera aussi derrière les claviers.


Down To Earth est un bon album de Mr Osbourne, n'en déplaise aux mauvaises langues. Les titres s'enchaînent avec une certaine qualité d'écriture et d'interprétation. Ce qui laisse présager une suite intéressante.


Stéphane


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également