↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Ozzy Osbourne


Collectif, le 30/11/2016

Black Rain


La pluie est bien sombre en ce 22 Mai 2007. Black Rain est le neuvième album du prince du heavy metal. Dernier album du petit bonhomme avec son bucheron guitariste Zakk Wylde ainsi que l'autre bucheron de batteur Mike Bordin. La presse en parlera comme un album dont on peut se passer. Il faut être honnête la fougue du souverain n'est pas au rendez-vous, et malgré quelques essais honorables, cet opus ne contient aucun gros titre.


Les plus décevants sont le titre "Black Rain" sorte d'hymne pour un western cybernétique. Le riff d'intro est d'une inefficacité troublante, le refrain emprunte ses choeurs aux codes du glam. Et pour couronner le tout l'harmonica vient ponctuer cet ensemble décevant. La pseudo ballade "Lay Your Words On Me" rappelle la médiocrité de Meat Loaf, on est loin de titres comme "Change The World". "Civilize The Universe" et ses paroles passe partout "I'm alive, watching better turn to worst, one more time try to civilize the universe" n'amène rien sur le plan musical. C'est navrant de la part d'Ozzy. "Countdown's Begun" malgré un bon départ, nous perd dans un refrain à la "Ghostbuster's". "Here For You" est écrit par Lionel Richie (avouez que vous y avez cru....). Ce morceau est comment dire ? La goutte d'eau qui met le feu aux poudres. Ce n'est pas parce que le black moustachu à frisettes aurait pu écrire cette chanson qu'elle colle aussi peu à l'univers d'Ozzy. Mais après "Lay Your Words On Me", on pouvait penser que nous n'aurions pas droit à un deuxième titre aussi démodé que décalé.


Les titres qui nécessitent une attention particulière sont assez rares, mais on peut noter "Silver" dont le refrain rappelle les meilleures heures du Black Sabbath, il est à noter sur ce morceau une ligne de basse particulièrement accrocheuse. "I Don't Wanna Stop" présent dans le jeu Guitar Hero, est d'une construction assez simpliste mais a le mérite d'accrocher facilement. Les harmoniques sifflées du barbu nous rappellent qui est derrière la Les Paul; e solo de guitare est dans la grande tradition du sieur Wylde, de la vitesse et des harmoniques. Mais c'est encore insuffisant pour satisfaire l'auditoire. On est loin des grands titres qui ont fait l'histoire du Prince of Darkness.


Au milieu de cet album on retrouvera des morceaux qui auraient mérité un peu plus de travail comme "The Almighty Dollar", qui a ce qu'il faut pour accrocher mais aussi ce qu'il faut pour déranger: des changements pas toujours bien sentis, malgré donc des passages intéressants ce morceau pêche par manque d'uniformité. "Trap Door" avec son pont de prérefrain qui semble échoué d'une sphère néo cold metal wave... Un conglomérat d'influences si diverses que ça en finit par être déroutant, le refrain qui suivra n'aidera pas l'auditeur à apprécier le morceau et ce sans parler du pont qui pourrait sortir du dernier Rammstein. En résumé, Ozzy, c'est intéressant d'écouter autre chose que Wishbone Ash mais par pitié c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures...


Si l'on doit résumer cette pluie noire, il faudra noter que la voix du vieux lutin est plus travaillée que jamais. Elle subit plus de traitements qu'un camion volé. Mais il suffit d'écouter parler Mr Osbourne pour se rendre compte qu'il doit être compliqué de le faire chanter des heures durant. La guitare de Wylde est toujours aussi rapide que précise, mais toujours aussi peu mélodique. La batterie de Bordin reste égale à elle-même répondant aux critères du genre, sans faire de folie. La bonne surprise viendra de Rob Nicholson qui aura tiré le meilleur de sa basse Schecter signature.


Un album assez fade, mais un album de Ozzy reste un évènement. Après tout qui se réjouirait de la pluie, d'autant plus si celle-ci était noire !


Stéphane


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également