↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Folk n' Rock


Collectif, le 26/06/2015

Syd Matters : Ghost days

Janvier 2008


En digne vainqueur du premier concours CQFD des Inrocks en 2004, le groupe Syd Matters sème depuis sa musique dans le microcosme de l’indie/folk, pour une reconnaissance critique remarquable. Des mélodies accrocheuse, faciles d’accès, dans une ambiance feutrée et mélancolique ont vite fait de cataloguer Syd Matters dans la très sombre catégorie des musiques dépressives, souvent synonyme de mélodies efficaces.

Ghost days, leur troisième album sorti en janvier 2008, ne déroge pas à la règle. Il enfonce même un peu plus le clou dans cette petite case appelée sadcore. Pourtant, au-delà de cette ambiance noire, de rigueur à cette époque de crise mondiale, Ghost days distille des morceaux d’une incroyable finesse, aux compositions irréprochables. Un véritable travail d’orfèvre pour ce qui est de donner l’impression à l’auditeur de se retrouver au 36ème dessous. Il faut dire que le choix des instruments (guitare sèche, piano, pas de batterie), caractéristique du genre, installe simplement et rapidement l’auditeur dans un cocon brumeux dans lequel on souhaite rester. Parfois, c’est une petite nappe synthétique qui vient amplifier la sinistrose onirique, dispersant des sons fantomatiques.

Cette ambiance surréaliste se retrouve dès le départ dans l’arpège de "Everything Else". Digne représentant de l’ensemble de l’album, il se laisse se découvrir doucement, au gré de la voix de Jonathan Morali. Une voix posée, pour ne pas dire susurrée, qui fait paradoxalement la force de l’album, en distribuant sa nonchalance verbale d’une manière qui colle parfaitement au style doux et mélodieux du disque.

Pour autant, Ghost days peut rebuter les plus nerveux d’entre nous. Rien ne dépasse, rien de crisse. On est parfois tout de même surpris par une production et une écriture délicate qui plonge soudain dans un bordel sonore ("Louise"). Dans l’ensemble, on ne sera pas heurté, bien au contraire, si c’est ce qu’on recherche.


Geoffrey


Commentaires
zawx1, le 07/04/2017 à 01:04
Il manque quand même Will Oldham.
james, le 01/07/2015 à 14:05
Merde...et Alela Diane, une gonzesse et une guitare!!!
Tom, le 26/06/2015 à 21:41
Tout le monde ne peut pas y être! mais Elliott Smith quand même !! ???
Sharvey, le 26/06/2015 à 10:55
Quel taf ! Bravo a l'equipe ! On va etre habitue a voir debarquer 20 nouvelles critiques comme ca dans une journee ? Sinon sur le contenu les Shins et les Coral seraient peut etre vexe de ne pas figurer dans les 22, mais c'est vrai qu'ils sont plutot du cote rock de la frontiere. Bon y a plus qu'a ecouter tout ce qui ne l'a pas encore ete !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine
À lire également