↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Folk n' Rock


Collectif, le 26/06/2015

Fleet Foxes : Fleet Foxes

Juin 2008


Il est aujourd’hui de bonne augure de se méfier des barbus à gueules de pèlerins, ceux qui, tout droit sortis des plaines désertes et bois ventrus de l’Amérique profonde, se servent de leurs racines et de leurs références comme excuses à une folk aussi exotique qu’un disque de classiques péruviens joués à la flûte de pan. Mais le charme de ces cinq paumés de Seattle affublés de flanelle et de carreaux unis à souhaits a profondément ancré en les âmes la profondeur sobre de leurs harmonies vocales et la douceur sanguine de leurs mélodies. Nous tenons ici l’un des plus beaux monuments de communion qu’a connu la musique profane de ces dix dernières années, une cérémonie de poésie simple, lumineuse dans son essence, son approche des visions et la sensibilité qui s’en dégage.

Sous une production de fumerolles discrètes et diaphanes, la voix de Robin Peckwood imprègne le disque de son timbre à la pureté tranquille sinon virginale, rejoint par ses faux frangins dans des rythmiques enjouées et élancées ou simplement accompagné dans une solitude contemplative et mystique, faisant de titres comme "Meadowlarks" et "Tiger Mountain Peasant Song" des peintures riches et bucoliques en lesquelles il est bon de s‘abandonner. Ici le beau est souverain, le beau dans sa présence, sa simplicité, son évidence.

Les guitares pastorales s’élèvent des premiers rayons de "Sun It Rises" jusqu’à leur vespérale mort, s’attardent parfois sur des paysages suffisamment beaux et éclatants pour faire bondir de mépris les allergiques à la simplicité d‘expression. Comme si un bon album de folk pouvait être exempt de ces facilités d’écriture ponctuelles, de codes vieux comme le monde qui jouent la récurrence dans la musique populaire mais traduisent superbement le sentiment de plénitude qui pousse au béat, sans avoir peur de tomber dans la caricature. Il est non seulement plaisant mais également rare de retrouver chez un groupe cette faculté de savoir s’exprimer comme un seul homme, une seule vision, touchant au religieux dans les émotions qu’elle dévoile au fil de cet album, l’émerveillement, le ravissement innocent, éprouvés ensemble dans la spontanéité.

Beaucoup leur reprocheront une écriture figée exhalant un parfum tenace de naphtaline comme celui qu’empestent ces nouveaux hippies, plus attachés au soin de leur image qu‘à la lumière qui doit parsemer leur musique. Mais n’en ayez cure. Les Fleet Foxes signent avec ce premier opus une jolie illustration de leur sérénité, élégiaque parfois mais légère, loin de toute angoisse. Pas le plus grand de la décennie mais un disque charmant, éclairé, que j’aime à écouter les matinées claires, quand me prend l’envie de me perdre dans les brumes enflammées de ma Bourgogne profonde…

Geoffroy


Lire la chronique de l'album sur le site


 


Commentaires
zawx1, le 07/04/2017 à 01:04
Il manque quand même Will Oldham.
james, le 01/07/2015 à 14:05
Merde...et Alela Diane, une gonzesse et une guitare!!!
Tom, le 26/06/2015 à 21:41
Tout le monde ne peut pas y être! mais Elliott Smith quand même !! ???
Sharvey, le 26/06/2015 à 10:55
Quel taf ! Bravo a l'equipe ! On va etre habitue a voir debarquer 20 nouvelles critiques comme ca dans une journee ? Sinon sur le contenu les Shins et les Coral seraient peut etre vexe de ne pas figurer dans les 22, mais c'est vrai qu'ils sont plutot du cote rock de la frontiere. Bon y a plus qu'a ecouter tout ce qui ne l'a pas encore ete !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également