↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Rock n' TV Series


Collectif, le 25/01/2016

Shameless US

 

Année de production : 2011
Showrunners : Paul Abbott et John Wells

Le pitch


Remake de la série anglaise du même nom, et créée en 2011 par Paul Abbott et John Wells, Shameless US dépeint les mésaventures de la famille Gallagher : Fiona, la grande sœur faisant office de mère pour ses frères et sœurs, abandonnés par leur mère, Lip, le bad boy au QI supérieur à la moyenne, Ian l'homosexuel refoulé dont le rêve est de rejoindre l'armée, Debbie, petite fille boulotte dont la crise d'adolescence pointe le nez, et Liam, le petit dernier. Cette tribu descend de Frank Gallagher, ivrogne notoire, incapable de garder un boulot, et toujours prêt à sauter sur la moindre opportunité d'arnaquer son prochain.

La critique


Si ce synopsis est digne d'un Zola, les scénaristes sont parvenus à distiller énormément d'humour et d'auto-dérision face à des situations dramatiques. L'évolution des personnages, au fur et à mesure que les acteurs eux-mêmes grandissent, est subtile et bien amenée ; aucun d'eux n'est figé, le scénario n'est pas englué dans une vision manichéenne des « bons » et des « mauvais » acteurs de l'intrigue, mais chacun laisse entrevoir au fil de l'histoire ses faiblesses et sa capacité -ou non- à se sortir des traquenards dans lesquels il s'est laissé traîner. La performance de William H Macy est magistrale, mais les talents ne manquent pas, notamment Noel Fisher, révélation de la série. 

La BO


Le rock s'impose dès le générique de la série, signé par The High Strung. Ainsi retrouve-t-on dès le premier épisode les Vines, Spoon, The Moog, ou encore Cream. La ligne musicale de Shameless est très axée sur le rock indépendant, rock alternatif, l'indie rock. La BO est riche et diversifiée. On y découvre des groupes d'Europe de l'Est (La Strada, The Moog), d'Europe du nord (The Breakers), du rock anglais (Let's Wrestle, Crowns), du rock US (Alien Crime Syndicate), et quelques perles d'indie rock comme ce « November was white, december was grey » des Say Hi, originaires de Seattle, ou « Teach you the tongue » de Kid Cadaver, petit groupe californien, ou encore « Out of time » des canadiens de Running Young qui nous évoquent un bon Bon Iver.


Bref, sans vous spoiler le contenu de l'histoire, Shameless se distingue de nombreuses séries par une bande originale de qualité, diversifiée, et mettant en avant des artistes parfois méconnus à tort ; l'écriture est fine, empreinte d'humour, de longs monologues d'alcoolique sur la vie pleins de mauvaise foi (merci Frank Gallagher), et de drames évitant l'écueil du pathos classique. A découvrir si ce n'est pas déjà fait.


Fanny


 


Commentaires
rockfour, le 05/02/2016 à 09:24
et il manque la plus rock de toutes puisque c'est la musique sous toutes ses formes qui y tient la 1ère place (pop, soul, blues, funk, folk, country et cajun), je veux parler de TREME
Heathcliff, le 28/01/2016 à 08:12
Moi ce serait plutôt Happy Days , parce que Fonzie il est cool ???? !!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également